• Formation,

Le défi d'une étudiante de LEA confrontée au confinement

De retour de son semestre à Buenos Aires, Noémie nous explique comment elle poursuit sa troisième année de LEA. Continuité pédagogique, stage, mobilité internationale et poursuite d'étude, elle raconte son expérience dans cette licence dont les langues, l'économie et le droit international constituent le socle.

FDL_LEA_Noemie Gobert_avril2020

FDL_LEA_Noemie Gobert_avril2020

Continuité pédagogique à l'ICP et solidarité étudiante

Dans le contexte particulier du confinement, l’ICP a assuré la liaison avec les professeurs via différentes plateformes en ligne. Les professeurs choisissent leur mode d’enseignement : soit par des devoirs déposés sur la plateforme, soit par les cours dispensés en visioconférence. Nous avons un groupe de classe sur Facebook qui nous permet de nous entraider quand la correspondance avec les professeurs est rendue difficile.


Économie, Gestion, Langues et Cultures

N'étant pas sure de mon orientation en sortant du lycée je trouvai que cette licence permettait un large choix de poursuite d'étude (langues, commerce international, communication, hôtellerie...). Je pense que cette licence est très adaptée aux étudiants qui n’ont pas une idée fixée pour leurs études supérieures mais qui aiment les langues étrangères. Cette licence propose des cours très variés comme l’économie, le commerce mais surtout les langues et les cultures. Nous avons le choix entre deux duo de langues d’enseignement entre anglais, espagnol et allemand. En deuxième année, nous choisissons une troisième langue parmi 8 langues comme le chinois, le russe, l’arabe... . La diversité des cours enseignés permet donc d’avoir une idée plus précise des matières qui nous intéressent et donc de notre orientation pour un master.
 

Étudier à l'étranger, ça se prépare dès la première année !

Je viens de rentrer de Buenos Aires en Argentine où j'ai passé mon premier semestre de L3 dans le cadre de l’échange universitaire que propose l’ICP. J’ai beaucoup aimé l'Université Universidad del Salvador qui nous a très bien accueillis. L’Argentine est un pays magnifique et extrêmement divers. J’ai été très motivée par ce projet de mobilité au cours de mes deux premières années de licence. J’avais vu dès le début de la licence les opportunités d’échange et cela m’a motivée à réussir mes partiels pour être acceptée dans mon premier choix, ce qui a été le cas !


Stage obligatoire

La licence de LEA impose un stage à partir de la deuxième année dans une des deux langues d’enseignement, avec un rapport de stage à rendre à la fin de la troisième année. J’ai effectué ce stage chez Homeexchange.com, qui est une plateforme d’échange de maisons entre particuliers. Mes cours de langue m’ont été très utiles pendant ce stage car cette entreprise est domiciliée à Boston, et n’emploie que des personnes qui parlent au moins l’anglais, la moitié de l’équipe parisienne étant étrangère. Cette obligation d’effectuer un stage incite les étudiants à travailler et connaître la vie en entreprise, ce que je trouve très enrichissant pour l’avenir.
 

École de Commerce en vue

J’ai choisi d’étudier dans une école de commerce pour mon master, car les matières comme le marketing, la comptabilité ou l’économie sont celles qui m’ont le plus intéressée. J’ai passé le Test d'Aptitude aux Études de Gestion et au Management des Entreprises et le Test Of English for International Communication (TOIC) et j’ai envoyé mes dossiers aux grandes écoles, dont j’attends encore les réponses …

NB : En troisième année, les cours de Technique de la note de synthèse et la préparation au TAGE MAGE, intégrés au cursus, permettent à l'étudiant d'optimiser ses chances de réussite aux concours Passerelle et Tremplin des Écoles de commerce, s'il souhaite y poursuivre ses études.