• Formation,

Nominations au Theologicum : portraits de théologiennes, directrices de département et d'institut de formation

Trois disciplines de la théologie, constitutives de l'ADN du Theologicum, sont dirigées par des théologiennes : la Bible, la théologie morale et l’œcuménisme.

ASVM_ASK_BO

ASVM_ASK_BO


La Faculté de Théologie et de Sciences Religieuses de l'Institut Catholique de Paris, le Theologicum, est composée de 3 cycles universitaires et d'organismes spécialisés de formation. 
Dans le cadre du changement de direction d'une partie de ces structures, ont été élues à leur tête trois membres du corps professoral de la Faculté : Élues pour un mandat de 3 ans, leurs missions les conduiront à élaborer et mettre en œuvre les programmes d'enseignement et de recherche de l’organisme qu'elles dirigeront, et auront à cœur de promouvoir les formations qui y sont dispensées.
Elles assureront la direction des études et feront le lien avec les pôles de recherche de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » correspondant à la spécialité de leur organisme.

Ces nominations sont le signe de la vitalité de ces trois disciplines au sein de la Faculté de Théologie ; les structures qui les portent bénéficieront de l’arrivée de ces personnalités reconnues pour la grande qualité de leur expertise et de leurs travaux.

Les femmes en théologie sont de plus en plus nombreuses, notamment au Theologicum, dont le doyen, le père Jean-Louis Souletie rappelle dans une interview au journal La Croix que : « Les femmes ouvrent des champs auxquels nous ne pensions pas. Pour elles, ce n’est pas seulement une fonction mais une aventure de la foi pour le baptisé qui cherche à comprendre. »
Dans ce même article, « un théologien suisse Daniel Marguerat salue l’apport d’une lecture alternative par les femmes, qui s’intéressent davantage aux relations, aux jeux de pouvoir, aux résolutions de conflits. »

Depuis longtemps des femmes occupent des fonctions à responsabilité dans la Faculté, l’actualité montre que cet élan est bien un mouvement profond et pérenne.

 

Anne-Sophie Vivier-Muresan

vivier muresan Docteur en théologie et en anthropologie, Anne-Sophie Vivier-Muresan prend la direction de l’ISEO - Institut Supérieur d’Études Œcuméniques – et succède au père Luc Forestier.
Spécialisée en théologie dogmatique, elle est titulaire du Prix Jean et Maurice de Pange 2020 récompensant sa thèse « Le dialogue de l’amour trinitaire. Perspectives ouvertes par Dumitru Stăniloae ».

Enseignante-chercheuse, elle dispense des cours au Theologicum depuis 2011. Ses disciplines de prédilection : la théologie trinitaire, la théologie des religions, et de nombreuses questions liées à l’islam (les courants contemporains de l’islam, l’islam en France, le dialogue islamo-chrétien).
Elle a également exercé des responsabilités en tant que directrice adjointe de l’ISTR - Institut de Science et Théologie des Religions - et directrice du Diplôme Universitaire Pastorale de la rencontre avec les musulmans (DUPRAM).

Ses travaux de recherche concernent d’une part l’anthropologie religieuse (chiisme, chrétientés orientales), et d’autre part la théologie trinitaire, la théologie orthodoxe contemporaine et la théologie des religions.
Elle a participé à de nombreux colloques et congrès internationaux. Parmi ses publications, on peut citer l’ouvrage collectif, qu’elle a co-dirigé : A l’écoute de l’autre. Penser l’altérité au cœur du dialogue interreligieux, avec Henri de La Hougue, DDB, Paris, 2015.

Convaincue de l’importance de la question œcuménique, qu’elle a déjà travaillée au cours de ses recherches, elle se réjouit de rejoindre l’ISEO. Connaissant d’expérience la richesse et les défis que représente la plongée dans les théologies « sœurs », elle aura à cœur de continuer à mettre en œuvre et à approfondir la pédagogie propre de l’Institut, fondée sur des équipes enseignantes pluri-confessionnelles. L’un des enjeux des années à venir sera également la formation d’une communauté d’étudiants tout aussi plurielle et enracinée dans les différentes facultés de théologie de la région parisienne
 

Sr. Anne-Solen Kerdraon

kerdraon Sœur Auxiliatrice, docteur en théologie, Anne-Solen Kerdraon prend la direction du Département Théologie morale et spirituelle du Theologicum et succède au Pr Catherine Fino.
Spécialisée en théologie morale, elle enseigne au Theologicum et à l’IER depuis 2015, aussi bien en théologie morale fondamentale que sectorielle.

Enseignante-chercheuse, ses recherches se sont concentrées sur les conditions de possibilité d’une éthique théologique accueillante aux fragilités humaines. C’est cette recherche qui était au cœur de sa thèse. Partant d’une pensée du tragique, elle identifiait les éléments essentiels à une éthique théologique capable de faire face avec courage et réalisme à la situation telle qu’elle est.
Ses travaux sont nourris par sa pratique en aumônerie d’hôpital qui, pendant plusieurs années, lui ont donné la possibilité d’accompagner et d’écouter des personnes confrontées à des dilemmes moraux particulièrement douloureux. La spiritualité ignatienne qui est la sienne, ainsi que sa pratique de l’accompagnement spirituel, ne sont pas non plus sans marquer sa manière de faire de la théologie.

Un des enjeux de son engagement dans la réflexion théologique est d’« aider l’homme, au cœur même de l’épreuve et en dépit du mal, à choisir la Vie ».


Béatrice Oiry

oiry vignette web Docteur en théologie, bibliste, Béatrice Oiry prend la direction du Département Écriture Sainte et succède au Pr Sophie Ramond.
Elle a enseigné pendant une quinzaine d’années à l’Université Catholique de l’Ouest (Angers). Elle enseigne au Theologicum depuis 2019 l’Ancien Testament, le Pentateuque, l’histoire ancienne d’Israël, l’hébreu.

Enseignante-chercheuse, ses travaux de recherche portent principalement sur les corpus du Pentateuque et les livres historiques. Elle s’intéresse aux enjeux – en particulier théologiques – attachés à la mise en récit de l’histoire, mais aussi à la représentation du lien des humains à leur environnement naturel. Sans oublier le contexte historique du corpus biblique, elle est particulièrement attentive à sa dimension littéraire, dans la diversité de ses genres. Elle exerce ces recherches au sein du pôle de recherche Bible et Orient de l’Unité de Recherche « Religion, Culture et Société » (Institut Catholique de Paris).

Elle a publié de nombreux articles, dans des revues scientifiques et grand public. Elle intervient régulièrement dans des colloques et congrès internationaux.
Sa thèse Le Temps qui compte. Construction et qualification du temps de l’histoire dans le récit des livres de Samuel (1 S 1 – 1 R 2) est en cours de publication aux éditions Peeters.

Elle est secrétaire du groupe Ouest de l’Association Catholique Française pour l’Étude de la Bible – ACFEB – et membre du Réseau de Recherche en Narratologie et Bible - RRENAB.

Elle prend la direction d’un département bien vivant. Elle souhaite soutenir la diversité des méthodes contemporaines de lecture de la Bible, de l’étude historique de ses contextes de production à ses réceptions dans la culture, sans oublier le dialogue avec la théologie systématique.
Voir son CV.