La philosophie, un plaisir nécessaire

Prendre le temps pour étudier et réfléchir est un cadeau que l’on se fait avant tout à soi-même. C'est le constat de Laurie après plusieurs expériences professionnelles intenses. Compagnonnage intellectuel, diversité des parcours et proximité avec les enseignants sont les atouts de cette licence de philo en cours du soir.

PHILO_Cycle Phi_Laurie di Francesco_juin2020

PHILO_Cycle Phi_Laurie di Francesco_juin2020


Oser la philosophie

Je pense que reprendre des études de Philosophie n’était pas une décision sur un « coup de tête » mais plutôt la réaction quasi organique à une réflexion que je mûrissais, sans nécessairement en avoir conscience, depuis plusieurs années au travers de mes expériences professionnelles et personnelles, de mes rencontres, de mes voyages et de mes confrontations à d’autres cultures, à des modes d’organisation différente de celui de la société occidentale.
Dans un monde en perpétuelle accélération, où le temps de la performance et du rendement absorbe le temps naturel, prendre un temps, justement, pour étudier et réfléchir est un cadeau que l’on se fait avant tout à soi-même. Comme le dit le slogan du Cycle Phi, il faut oser la Philosophie ! Alors osons !


Un élargissement du champ des possibles

Tant pour ma vie professionnelle que personnelle, l’enseignement que j’ai suivi, pour l’instant en première année, a eu un effet cathartique.
En apparence il n’y a pas nécessairement de lien avec mes dernières expériences professionnelles mais je n’écarte pas, aujourd’hui, la possibilité de donner une nouvelle orientation à ma vie professionnelle à la lumière des perspectives que le Cycle Phi a fait naître.
Sur le plan personnel, la vaste étendue des connaissances et des modes de pensée qui se sont offerts à nous est particulièrement excitante !
 

Des professeurs dévoués, une promotion soudée

Au-delà de la qualité de l’enseignement et des horaires adaptés aux professionnels en activité, j’ai particulièrement apprécié cette année la disponibilité du personnel enseignant et administratif dès lors qu’il s’agissait de nous aider et de nous conseiller dans nos démarches d’inscription à l’ICP. En outre, le groupe d’étudiants est hétérogène et soudé à la fois, nous avons un vrai plaisir à nous retrouver chaque semaine. La proximité avec les professeurs est agréable et les échanges pendant les cours sont très riches ! Enfin, c’est un plaisir pour les yeux que d’entrer dans l’enceinte de cette belle université, en journée comme le soir à la nuit tombée…
 

Le confinement, une expérience singulière

Le confinement a été particulièrement marquant. Nous n’y étions pas préparés mais j’ai trouvé que l’ICP et les professeurs ont particulièrement bien géré la situation et ont su s’adapter. Pour notre classe, je me suis proposée d’aider les enseignants à poursuivre leurs cours par visioconférence. Cela a permis aux étudiants de maintenir un temps de rendez-vous, même dématérialisé, pendant cette période surréelle durant laquelle le temps semblait suspendu pour bon nombre d’entre nous. Cela a également soulagé, je pense, les professeurs qui ont pu poursuivre leur programme (et supporter parfois en contrepartie, pendant qu’ils nous faisaient cours, nos plaisanteries écrites sur les tchats des services de visioconférence).

Le silence qui a accompagné les partiels du 2nd semestre, depuis chez nous, était surprenant également. Nous n’en avons que plus apprécié encore les retrouvailles en chair et en os à la fin du confinement et nous serons ravis de reprendre les cours en présentiel dès la rentrée.