• Formation,
  • Culture,

Hermine, une rencontre, deux masters !

Parfois le choix d’un parcours d’études résulte d’une belle rencontre avec un enseignant-chercheur. C’est le cas d’Hermine Ballo, promotion 2019 du Master Histoire de l’ICP qui nous fait part de son parcours atypique alors qu’elle a mené de front deux Masters. Une décision qu’elle ne regrette absolument pas !

Racontez-nous comment vous êtes arrivée en Master d’Histoire à l’ICP…

J'ai intégré l'Institut Catholique de Paris en première année de Master d'Histoire, en parallèle d'un Master à Sciences-Po Paris (Ecole d'Affaires publiques, spécialité Cultural Policy & Management).
Après ma Licence, j'ai voulu faire une année de césure pour commencer un Master d'Histoire médiévale sous la direction du professeur Yves Sassier à la Sorbonne. M. Sassier partant à la retraite, il m'a conseillée de demander à son collègue et ami M. Alibert de devenir mon nouveau directeur de recherche. M. Alibert m'a donc naturellement orientée vers l'ICP où j'ai choisi de m'inscrire en première année du Master d'Histoire pour suivre une formation complète et avoir un directeur avec lequel il serait plus facile d'échanger.

La rencontre avec M. Alibert a été déterminante. J'avais un sujet de mémoire auquel je tenais tout particulièrement mais que je savais ne pas être sa spécialité. Il s'est néanmoins montré très compréhensif et flexible pour me permettre de mener à bien mes recherches : il m’a guidée et soutenue sans relâche au cours de ces deux dernières années.
 

Intégrer l’ICP : une évidence ?

J'ai donc choisi l'ICP pour des questions pratiques : d'une part, c'était l'institution où enseignait mon nouveau directeur de mémoire et d'autre part, la proximité avec Sciences-Po (10 minutes à pied environ) me permettait de suivre mes cours très facilement dans la même journée.
La structure de l'ICP étant plus petite, il m'a été très facile de prendre vite mes repères et de rencontrer mes camarades de master. Ils ont d’ailleurs été d'une précieuse aide, notamment pour rattraper les cours auxquels je ne pouvais pas assister à cause de conflits d’horaires avec mon autre master.
Ma situation pédagogique était assez inédite pour l'administration, mais les membres du personnel se sont tous montrés extrêmement compréhensifs ce qui m’a permis de mener ces deux formations sereinement.
 

Que vous a apporté cette formation sur le plan personnel mais aussi professionnel ?

La formation fut très satisfaisante, les enseignements étant d'une très grande qualité et les cours dispensés variés et passionants. A aucun moment, hormis pour les cours de méthodologie qui par nature se doivent d'être plus standards, je n’ai eu l'impression de "refaire" un deuxième M1 tant les cours de la Sorbonne et de l'ICP étaient complémentaires.

Sur le plan personnel, cela m'a permis d'étancher ma soif de connaissance et de réaliser une promesse que je m'étais fixée dès l'entrée en Licence. En effet, je tenais absolument à ne pas m'arrêter après un BAC+3 mais à poursuivre mes études vers un Master d'Histoire durant lequel je souhaitais, si possible explorer un sujet de recherche en rapport avec Louis IX, personnalité qui m'a toujours fascinée.

Sur le plan professionnel, j'ai réalisé que je ne désirais pas poursuivre à l'heure actuelle dans la voie de l'histoire, du moins pas en tant qu'enseignante. Cependant, je suis désormais plus ouverte à, un jour, faire une thèse.
 

Et comment se passe l’après ICP ?

Je suis toujours à Sciences-Po en prépa des concours administratifs. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, un cursus en histoire s'y avère très utile, dans une certaine mesure, car il apporte aussi bien une base méthodologie concrète nécessaire aux dissertations, une attention aux détails, une certaine facilité de lecture de documents parfois très longs, ainsi que des éléments de culture générale.