Evenementiel culturel : chaque imprévu surmonté est une petite victoire !

Être chef de projet dans le secteur culturel, c'est le projet de Viviane qui a choisi le DU Ingénierie culturelle pour se former. Confrontée sur le terrain à des problématiques nouvelles engendrées par la crise, elle rivalise d’ingéniosité pour adapter les programmations culturelles. Une réactivité nécessaire et formatrice.

FDL_DU ingénierie culturelle_Viviane Jeannot_juin2020

FDL_DU ingénierie culturelle_Viviane Jeannot_juin2020

Apprendre et expérimenter

Après avoir obtenu une licence d’Histoire de l’Art et m’être activement impliquée dans le milieu associatif de l’ICP - Mus’Icp et Culture Touch’ -, j’ai réalisé que je souhaitais devenir cheffe de projet culturel. J’ai alors choisi le Diplôme Universitaire d’Ingénierie culturelle et d’Administration de la culture pour la composition de sa maquette pédagogique.
Chaque enseignement est exigeant, choisi avec soin et dispensé par un professionnel. L’approche est donc à la fois théorique, afin d’obtenir des connaissances solides, mais également concrètes notamment en première année grâce à l’organisation de la "Quinzaine culturelle" qui nous permet de mettre en pratique les cours et de se confronter à la réalité du terrain.


Un double diplôme

Ainsi, nous pouvons facilement bénéficier de l’expertise et de l’expérience de nos enseignants ce qui constitue un gain de temps précieux afin de devenir opérationnel rapidement. De plus, le double diplôme obtenu à l’issue de cette formation en partenariat avec l’Université de Saint-Joseph de Beyrouth est un atout que peu de formations offrent.


Une promotion soudée

Ce que j’apprécie dans ce cursus est l’entente et la cohésion qu’elle soit aussi bien au sein de l’équipe professorale - exigeante et bienveillante - qu’entre les élèves, venant d’horizons et de formations différents. Cela crée des échanges enrichissants et met en lumière l’importance d’une bonne synergie de groupe pour mener à bien nos projets.
 

Rencontres professionnelles et stages

Nous avons également la chance d’assister à des rencontres professionnelles, que ce soit durant le voyage d’étude ou durant l’année universitaire. Ils partagent durant deux heures leurs expériences, leur parcours professionnel et répondent à nos questions. Les stages obligatoires nous permettent de mettre en pratique ce que nous avons appris mais également d’affiner notre projet professionnel tout en découvrant le monde du travail.
 

Missions polyvalentes

Actuellement, je suis Chargée de projet pour l’association Abhiñña porteuse du projet « Être Beau » qui a pour objectif de changer le regard sur le handicap grâce à l’art et la culture. J’ai toujours eu à cœur de m’investir dans des projets humains avec de réelles valeurs. J’ai la chance de travailler aux côtés de Frédérique Deghelt, écrivain, et de bénéficier de son expérience dans de nombreux domaines : l’écriture, le spectacle vivant, la photographie, la création d’exposition, la recherche de financements. Je me confronte à plusieurs problématiques, en partie dues à la crise sanitaire, qui m’encouragent à analyser par le biais d’un nouveau prisme, à puiser dans mes ressources personnelles pour trouver des solutions et adapter certaines programmations ou stratégies. Cette réactivité nécessaire est aussi ce qui me passionne dans la gestion de projet : chaque imprévu surmonté est une petite victoire !


Fédérer, réjouir, valoriser

A terme, j’aimerais être cheffe de projet évènementiel. Organiser des manifestations culturelles comme des concerts ou des festivals me tient à cœur. Le pouvoir de fédérer, voir le public se réjouir et les artistes profiter de ce type d’évènements est très satisfaisant. Et n’oublions pas : la culture pour tous, la culture par tous.