• Recherche,

Rencontre avec Vincent Holzer, nouveau directeur de l’Unité de recherche de l’ICP

Enseignant-chercheur à l’ICP depuis 1995, Vincent Holzer a pris la tête de l’Unité de recherche de l’ICP le 1er septembre dernier. Il nous parle de ses projets à la tête de la recherche.

Vincent Holzer, directeur de l'Unité de Recherche ICP

Vincent Holzer, directeur de l'Unité de Recherche ICP

Un chercheur renommé en théologie

Titulaire d’un Doctorat en théologie de l’Université grégorienne de Rome, Vincent Holzer enseigne la théologie dogmatique et fondamentale au Theologicum depuis 1995. Il a également dirigé le Cycle des études du Doctorat (CED) pendant 14 ans.

Vincent Holzer est reconnu spécialiste des œuvres de Karl Rahner et de Hans Urs von Balthasar, auxquelles il a consacré plusieurs études. Il fut titulaire en 2013 d’un Grand Prix de l’Académie Française pour ses travaux consacrés à Hans Urs von Balthasar.

Par ailleurs, il est membre du comité de rédaction de plusieurs revues scientifiques : Revue théologique de Louvain, Recherches de science religieuse, et membre du comité de lecture de la Revue des sciences religieuses de l’université de Strasbourg.
 

Développer la recherche pluridisciplinaire

L’Unité de recherche de l’ICP s’enracine dans des structures antérieures : un département de la recherche a été créé en 1985 et une école doctorale en 2007. « L’Unité de recherche forme, avec le collège doctoral, une création originale. Celle-ci offre ce que l’Université a de plus précieux : le dialogue des facultés » souligne Vincent Holzer.

« Mes prédécesseurs ont accompli un travail de structuration, de consolidation et de rayonnement de l’Unité de recherche. Cette triple tâche reste d’actualité » précise-t-il. Et cela passe notamment par l’évolution des pôles de recherche, l’une de ses prochaines missions. L’objectif est ainsi de décloisonner les savoirs et de répondre aux grands enjeux contemporains afin d’agir pour le bien commun.

La nouvelle Maison de la Recherche, inaugurée en mai dernier, sera un outil précieux pour faire dialoguer les savoirs et favoriser l’interdisciplinarité.
 
Ses conseils aux doctorants
Se libérer le plus possible de ses préjugés et s’ouvrir à l’imprévisible, l’inattendu, non pas pour innover sans fondements ni appuis, mais pour libérer en soi les conditions de l’écoute, de la lecture, de l’analyse en vue d’interprétations innovantes dont on ne peut pas préjuger par avance. De ce point de vue, aucune œuvre de la pensée ne peut être confisquée.