• Recherche,

La recherche en théologie mise à l'honneur - Prix Jean et Maurice de Pange

Publié le 10 septembre 2021 Mis à jour le 22 septembre 2021
Lieu(x)
Campus de Paris

Comme chaque année depuis près de cent ans, le Prix Jean et Maurice de Pange récompense l'excellence de la recherche à l'ICP. L'édition 2021 a permis de féliciter Anne-Solen Kerdraon pour sa thèse en théologie.

illu remise Pange 2021

illu remise Pange 2021

Un siècle de soutien à une recherche universitaire d’excellence en théologie à l’Institut Catholique de Paris


Ancré à l’Institut Catholique de Paris dès sa création, le Prix Jean et Maurice de Pange est issu de la volonté historique d’une famille de traduire une vie trop tôt interrompue, celle de Maurice de Pange, en une œuvre d’avenir et, par extension, de promouvoir l’excellence en théologie.

Chaque année, un jury composé de théologiens, professeurs à l’Institut Catholique de Paris, se réunit sous l’autorité des représentants de la famille de Pange pour remettre cette distinction.

Les lauréats sont devenus, tout au long des années, des contributeurs reconnus, en France et à l’étranger, pour leurs écrits et leurs engagements. Ils ont marqué leur époque, par la pertinence de leur recherche ainsi que l’ouverture de leur pensée en confrontation et lien avec les débats théologiques d’aujourd’hui.

Ils ont tous soutenus leur thèse au sein du Cycle des Études du Doctorat du Theologicum. Le CED accueille des doctorants, clercs, religieux ou laïcs, envoyés pour entreprendre une recherche de haut niveau dans un des domaines fondamentaux de la théologie. Il les forme au service de l’intelligence de la foi et à l’apport spécifique du christianisme aux grandes questions du temps présent.

Cette année, le prix, édition 2021, a été décerné à Sœur Anne-Solen Kerdraon pour sa thèse : La pensée du tragique chez Martha Nussbaum et Paul Ricoeur – Vers une éthique théologique accueillante aux fragilités humaines.

Cette distinction a été remise par M. Christian de Pange, en présence du Pr. Jean-louis Souletie, doyen du Theologicum, du Pr. Vincent Holzer, directeur du Collège doctoral de l’ICP et de M. François Moog, directeur du Cycle des Études du Doctorat.
 
La thèse de Sœur Anne-Solen Kerdraon cherche à préciser les fondements d’une éthique théologique accueillante aux fragilités humaines et capable d’affronter le tragique de l’existence humaine.

L’analyse des deux herméneutiques différentes du tragique chez Martha Nussbaum et Paul Ricoeur ouvre tout d’abord à la compréhension des enjeux anthropologiques et théologiques des questions éthiques qui se posent dans les situations qualifiées de tragique. Ces situations placent l’homme sur une ligne de crête périlleuse, située entre la révolte destructrice de celui qui refuse toute vulnérabilité, et la soumission fataliste de celui qui subit passivement ce qui est.

L’éthique théologique développée est alors celle qui, dans la découverte paradoxale d’une Bonne Nouvelle de la finitude, ouvre, au cœur même de ces situations, à la voie du consentement à l’impossible pour inventer le possible et accueillir la vie.


kerdraon Sœur Auxiliatrice, docteur en théologie, Anne-Solen Kerdraon est directrice du Département Théologie morale et spirituelle du Theologicum.
Spécialisée en théologie morale, elle enseigne au Theologicum et à l’IER depuis 2015, aussi bien en théologie morale fondamentale que sectorielle.
Enseignante-chercheuse, ses recherches se sont concentrées sur les conditions de possibilité d’une éthique théologique accueillante aux fragilités humaines. C’est cette recherche qui était au cœur de sa thèse.
Ses travaux sont nourris par sa pratique en aumônerie d’hôpital qui, pendant plusieurs années, lui ont donné la possibilité d’accompagner et d’écouter des personnes confrontées à des dilemmes moraux particulièrement douloureux. La spiritualité ignatienne qui est la sienne, ainsi que sa pratique de l’accompagnement spirituel, ne sont pas non plus sans marquer sa manière de faire de la théologie.

Un des enjeux de son engagement dans la réflexion théologique est d’« aider l’homme, au cœur même de l’épreuve et en dépit du mal, à choisir la Vie ».