Témoignage de Marie-Bénédicte lors de la remise des diplômes 2013

Témoignage de Marie-Bénédicte lors de la remise des diplômes 2013



C’est une joie pour moi d’avoir cette occasion pour redire UN GRAND MERCI aux professeurs et aux étudiants que j’ai eu la chance de rencontrer et avec lesquels j’ai travaillé durant nos 2 années d’études : ils sont tous formidables ! Et j’ai aussi la fierté d’être là pour témoigner aux nouveaux étudiants et aux invités de ce soir que l’IER est superbe ! On ne s’y ennuie pas !

Vous me demanderez peut-être comment je suis arrivée à l’IER et comment j’ai vécu mes études ? Vous voyez bien que je suis religieuse, au moins par mes habits ! Et par ma taille et mon accent vous savez bien aussi que je suis une petite étrangère, n’est-ce pas ? Oui, je suis Sœur de Saint Paul de Chartres, vietnamienne, mais j’appartiens à la Province de France depuis mon arrivée en France en été 2003 et, après ma Profession Perpétuelle en août 2011 à Chartres, j’ai été envoyée à l’IER par ma Supérieure Provinciale, à qui je voudrais dire un Grand MERCI.
Je suis venue à l’IER avec beaucoup de joie et d’enthousiasme, dans un esprit grand ouvert pour accueillir tous les enseignements, toutes les propositions et choisir librement ce qui me convenait quand il y avait des choix possibles. Pour moi, ces 2 années d’étude ont été des années de grâces. Il me suffisait d’ouvrir mes oreilles, mon intelligence et mon cœur pour tout accueillir, et me laisser imprégner et laisser resurgir ces grâces.

Pour vous montrer comment j’ai vécu mes études, je vous raconte une petite histoire vraie : C’était pendant les vacances de Noël 2011. Je devais préparer mes premiers écrits pour les validations de cours, c’étaient la philosophie médiévale et la christologie. Ce n’était vraiment pas facile ! Car je ne savais pas comment et par où commencer, bien que les professeurs aient pris le temps d’expliquer et que j’aie eu des cours de méthodologie, et que j’aie lu et relu le sujet, et les textes, les questions, les propositions ou les suggestions.… J’ai même souligné ou surligné en couleurs pour faire des remarques importantes, mais en fait, j’ai trop mis de couleurs partout, je ne voyais plus clairement ni ce qui était moins important, ni ce qui l’était le plus… toutes les lignes devenaient importantes. Alors je me sentais perdue. Un jour, j’ai parlé à table en disant que les études à l’IER étaient trop dures pour moi avec de tels devoirs. Le soir même, j’ai reçu un message, une Parole de Dieu : « Ma grâce te suffit » (2Co 12,9a). Cette Parole m’a rassurée et m’a donné du courage et de la persévérance, elle est devenue une Parole clé pour moi, pour mes 2 années d’études. Par des cours de Bible, surtout par les passages des Prophètes, je me suis sentie encore plus fortifiée par la promesse de Dieu : « Je suis avec toi, pour te délivrer ». Ayant confiance en Dieu, en sa Parole, je poursuivis mes études et mes devoirs tranquillement, sans avoir peur, en accueillant la grâce de Dieu, cette grâce qui passe tout autour de moi : c’est vous tous, mes chers professeurs, vous êtes tous formidables, tout dévoués à votre enseignement, toujours disponibles et à notre écoute. Vos enseignements sont si riches que j’ai encore et toujours soif de lecture. Et, chère Mireille, ma fidèle et généreuse répétitrice, vous m’avez éclairée bien des choses et en même temps vous êtes très sympa, c’est vraiment agréable de travailler avec vous. Et mes chères amies étudiantes qui mettiez les notes de cours sur moodle ou qui me les avez envoyées par mail fidèlement, j’admire votre talent et votre générosité ! Et vous, mes chères Sœurs qui me soutenez, m’encouragez et priez pour moi, je sens bien que je suis bien aimée. À vous tous, chers professeurs, répétitrice, ami(es) étudiant(es) et sœurs … je redis ma reconnaissance et je vous remercie de tout cœur. Grâce à vous, la grâce de Dieu est abondante sur moi et j’ai bien passé mes 2 années d’étude à l’IER, malgré la difficulté de la langue étrangère.

Ce qui m’a particulièrement marquée, c’est la simplicité et la générosité des étudiants et étudiantes. Nous avons une ambiance très sympathique et fraternelle, malgré nos différences d’âges, de métier ou de nationalité… nous pouvons parler entre nous, tout simplement, nous pouvons demander de l’aide, ou questionner… même en pique-niquant, et souvent nous parlons de nos TD, c’est un réconfort des uns pour les autres, surtout pour la petite étrangère que je suis.

Voilà, je vis mais ce n’est plus moi, c’est la grâce de Dieu qui est en moi et qui me fait vivre. Je rends grâce à Dieu et je continue à croire en sa présence dans ma vie pour vivre dans la joie, l’espérance, pour m’aider à tenir bon et surmonter les difficultés rencontrées. L’IER ne me donne pas une recette tout faite pour tel ou tel domaine de vie, mais me donne des outils, et surtout fortifie ma foi en Dieu vivant qui agit en moi, ainsi qu’en ce monde.