Sarah Tavernier : apprentie à l'ICP en 2014-2015

Sarah Tavernier : apprentie à l'ICP en 2014-2015

Sarah Tavernier, après un parcours riche d'expériences diverses, a choisi d'effectuer le Master Action éducative internationale & interculturelle (MAEII) en apprentissage, en 2014-2015, à la FASSE. Elle a accepté de répondre à nos questions. Une belle occasion de découvrir son parcours et les dimensions professionnelles qu'offre l’apprentissage.

Sarah, quel est votre parcours ?

Après un Bac technologique en hôtellerie restauration puis un BTS Responsable de l’hébergement à référentiel européen, j’ai rapidement compris que ce domaine ne me correspondait pas. J’ai alors effectué une année sabbatique en deux temps. En premier lieu, j’ai travaillé bénévolement dans une agence de tourisme solidaire. J’ai ensuite réalisé un service volontaire européen de 6 mois dans une ONG grecque œuvrant pour la mise en place d’activités pour tous au cœur de la ville.

Forte de ces expériences, je me suis lancée à mon retour dans un diplôme universitaire « Conduite et conception de projet dans le champ de l’interculturel et de l’humanitaire » qui m’a conduite dans le Caucase nord en Russie auprès d’une communauté de frères de St. Jean sur un projet en lien avec la jeunesse. En parallèle de cette année d’études, j’ai effectué un contrat de service civique avec l’Agence de tourisme solidaire. Je suis ensuite arrivée à l’ISFEC Mounier (école partenaire de la FASSE) pour effectuer le Master Action éducative internationale & interculturelle (MAEII), que j’ai réalisé en apprentissage auprès de l’association éducative La Salle.

Pourquoi avoir choisi la filière MAEII en apprentissage ?

L’apprentissage apporte une dimension professionnelle concrète que j’ai toujours recherchée. Il apporte en outre une dynamique tout autre qui présente une intéressante complémentarité au cursus plus théorique d’un Master. Bien sûr, l’apprentissage est aussi une source de revenus non négligeable, qui me permettait une indépendance tout en vivant à Paris.

Comment s'est concrètement déroulé votre parcours en apprentissage ?

De septembre à janvier, les semaines sont organisées à mi-temps entre l’apprentissage et les cours le jeudi et le vendredi. Les cours cessent ensuite le reste de l’année pour laisser place à un plein temps dans l’association. Ce rythme est plutôt agréable quand on aime, comme moi, les journées qui ne se ressemblent pas. Cela permet aussi sur deux ans de consacrer un maximum de temps à son travail et de pouvoir ainsi s’impliquer totalement.

Le réseau éducatif m’a fait confiance et m’a proposé deux missions très différentes et très complémentaires à la fois, chacune courant sur l’année scolaire. J’ai tout d’abord été chargée de remettre à jour la proposition du volontariat au sein du réseau puis j’ai participé à la création d’un parcours éduquant à la justice, à la solidarité et à l’engagement pour les collèges. A chaque étape, mon référent a parfaitement accompagné mon travail, tout en me laissant une autonomie totale.

Que retirez vous de ces deux années ?

Je dresse un bilan très positif de ces deux années en apprentissage au sein de l’association La Salle. J’ai eu la chance de me voir confier des tâches à responsabilité, d’apprendre à les accomplir en équipe ou de façon individuelle. L’apprentissage permet une réelle ouverture au monde professionnel, de participer concrètement au déroulement d’un projet et de découvrir de l’intérieur le fonctionnement d’une structure.

Je garde entre autres un excellent souvenir de mes collègues et responsables, qui m’ont guidée dans cette voie du travail qui doit faire sens pour tous. Avec du recul je me considère comme très chanceuse d’avoir pu vivre ce type d’expérience, qui m’a plus que jamais outillée pour mes années post-études.

Propos recueillis à la FASSE le 28 juillet 2015.
Pour en savoir plus sur le Master MAEII.