Témoignage de Sophie lors de la remise des diplômes 2012

Témoignage de Sophie lors de la remise des diplômes 2012

Après des années de catéchèse en milieu scolaire et d’engagements en équipes de préparation au mariage, j’ai éprouvé le besoin de structurer et d’approfondir ma foi avec l’idée de prendre une nouvelle orientation pastorale.

 

Le travail en petits groupes en Travaux Dirigés qui permet des échanges avec d’autres étudiants aux parcours variés, le travail personnel pour les validations, la richesse intellectuelle et spirituelle des cours, la disponibilité des professeurs, m’ont permis de me dépouiller pour aller à l’essentiel. Tout ce parcours a solidifié ma foi. Ma prière personnelle a été transformée, le témoignage de ma foi plus simple avec des mots plus justes, mes relations aux autres plus sereines.

 

Il était évident qu’il fallait que je profite de ce temps privilégié de formation pour me préparer à l’après IER, je me sentais appelée en aumônerie d’hôpital.

 

L’année dernière, j’ai effectué un stage de découverte de la pastorale de la santé à l’hôpital Cochin. Ce stage faisait l’objet d’une reprise dans un petit groupe. Mois après mois, la relecture de la chronique rédigée au fil de l’année avec une enseignante de l’IER a été très positive car elle obligeait à une observation du terrain pastoral, à une qualité d’écoute, à une attitude de l’accueil et du partage enfin et surtout elle a permis tout au long de l’année d’ouvrir un chemin.

 

Si au terme de ce stage, je peux situer la place singulière de l’aumônerie catholique dans sa mission au sein de l’hôpital et décrire la vie d’une équipe d’aumônerie, cette expérience m’a surtout enrichie, déplacée, et m’a projetée dans un nouvel engagement.

 

Cette expérience m’a obligée à cheminer car face à l’autre touché par la maladie, la souffrance, le vieillissement, l’insupportable, elle demande alors un chemin de conversion. L’écoute de la souffrance provoque un déplacement au plus intime de ses certitudes et bouscule la foi. D’où l’importance d’une participation régulière à l’eucharistie, d’une relecture et d’un partage en équipe.

 

Si aujourd’hui, je suis engagée à exercer une mission d’Église au sein d’une aumônerie d’hôpital, c’est forte de tout ce chemin parcouru : chemin de formation, chemin d’écoute, chemin d’humilité et chemin d’espérance. Des outils précieux m’ont été donnés pour aller de l’avant, des outils indispensables pour un chemin de croissance et de conversion évangélique.