Nicolas Vallet, ancien étudiant du Master Relations européennes et Lobbying

Après avoir effectué des études de langues et obtenu une licence de hongrois et de polonais, Nicolas Vallet a souhaité se spécialiser dans le domaine des affaires européennes. Il s’est donc inscrit en M2 relations européennes de la FASSE. Il nous livre ses impressions sur le Master.

Pourquoi avoir choisi ce Master ?

J’avais entendu parler du Master par des amis qui l’avaient fait eux aussi et qui travaillaient à l’époque à Bruxelles dans les affaires européennes. L’idée de lier mon intérêt pour les questions européennes à mon activité professionnelle m’a tout de suite séduit et c’est pourquoi j’ai choisi ce Master.

Quels sont, d'après vous, les points forts de cette formation ? Comment ce M2 a-t-il répondu à vos attentes?

Le principal atout de cette formation c’est son réseau des anciens. En effet, contrairement à d’autres formations équivalentes (Science po, Universités…), les anciens étudiants ont des liens beaucoup plus forts, du fait des petites promotions que nous formons, et on sent une certaine solidarité entre eux. Quand l’un de nous a des problèmes pour trouver un emploi, c’est tout le réseau qui se mobilise derrière pour essayer de l’aider.

L’autre atout à mon sens c’est l’aspect pratique de la formation et la présence de professionnels pour animer les cours. Cela contribue à rendre les étudiants immédiatement opérationnels puisqu’ils ont été formés à répondre à des demandes concrètes sur des sujets concrets.

Quel stage avez-vous choisi d'effectuer ?

Ne sachant pas réellement dans quel domaine j’avais envie de travailler, j’ai choisi d’effectuer mon stage dans un cabinet de conseil. Ça a été très formateur, j’ai acquis des méthodes de travail et j’ai eu la possibilité de toucher à des secteurs d’activité très différents, ce qui m’a permis ensuite de mieux savoir ce pour quoi je voulais travailler ou non.

Quels sont vos projets professionnels ?

J’ai signé un CDI dans un cabinet de conseil en affaires publiques en septembre dernier. Il s’agit de mon premier CDI et j’avoue que l’idée de ne plus avoir à penser à court terme pour quelques temps est assez agréable. Cependant, je reste tenté par une expérience dans les institutions européennes. Peut-être les élections européennes de 2014 me donneront-elles des possibilités dans cette optique ?

Si vous aviez un message à faire passer aux futurs étudiants ?

Surtout ne vous découragez pas. Après mon stage, j’ai mis 9 mois à trouver un poste parce que le secteur est très concurrentiel, surtout à Bruxelles. Mais finalement, en s’accrochant, on finit par y arriver. L’important c’est de garder contact avec les anciens et de ne pas hésiter à solliciter des appuis dans cette sphère-là. Ça ne fonctionne pas nécessairement immédiatement, mais sur le long terme cela finit par payer !

Propos recueillis à la FASSE le 17 janvier 2013.

Pour en savoir plus sur le master Relations européennes et Lobbying