Marie-Pierre Natale, Licence d’anglais

Marie-Pierre Natale, 21 ans, a fait une licence d’anglais à la Catho puis a intégré Sup de Co Reims

Pouvez-vous en quelques mots retracer votre parcours d’études à l’ICP ?

A l’issue de ma première année d’anglais à la Faculté de Lettres de Mont St Aignan à Rouen, chahutée par 2 mois de grève due au CPE, j’ai intégré l’ICP suite à mon déménagement dans le 95. J’ai suivi ma L2 et L3 LLCE d’Anglais à l’ICP et j’ai obtenu ma licence pendant l’été 2008.

Pourquoi avoir choisi de tenter le concours sup de CO après votre licence d’anglais à l’ICP ?

Après maintes réflexions sur mon parcours pour devenir professeur d’anglais dans le supérieur, j’ai choisi de prendre une année pour préparer les concours d’écoles supérieures de commerce, et faire des stages en entreprise pour avoir une première expérience professionnelle. En effet, ce type d’école correspond mieux à ma personnalité (100% relationnel, en quête de challenge et de mobilité), offre plus de débouchés, et permet de pratiquer l’anglais au quotidien. C’est également très concret et professionnalisant grâce aux stages, aux contacts réguliers avec les entreprises et les différents cas pratiques proposés durant les trois années d’école.

En quoi vos études à l’ICP vous ont-elles permis de réussir au concours ?

Mes études d’anglais ont été assez déterminantes pour ma réussite aux concours. A l’écrit, il y a un QCM d’anglais en plusieurs parties limitées dans le temps. Mon niveau m’a permis d’avoir 20/20 avec un coefficient assez élevé, et d’exceller par la suite aux oraux au mois de juin (anglais, LV2 et entretien de motivation). Il y a également des épreuves de QCM de logique et calcul, et de synthèse de texte. Cette dernière épreuve s’est bien déroulée car, outre l’entraînement que j’ai suivi, j’avais l’habitude de rédiger à la Faculté de Lettres avec un style soigné et sans fautes d’orthographe. Ces résultats coefficientés permettent de gagner un nombre de places non négligeables au concours, passé par plus de 5000 candidats dans toute la France. A l’issue des oraux, je suis ainsi arrivée 2e de Tremplin et 1e de Passerelle.

Quel est votre projet professionnel ?

Je souhaite travailler dans un service commercial comme "ingénieur commercial" dans un premier temps, pour peut-être évoluer ensuite vers le marketing. Une fois qu’on connaît très bien le produit (ou le service), on est capable de prendre les décisions stratégiques par la suite. Je vais donc choisir des électifs (modules de 3 semaines) en vente, négociation, gestion de la marque … en 2e et 3e années, une fois que j’aurai acquis tous les fondamentaux de la gestion cette année. Mon stage, cet été, me permettra également de confirmer ce goût pour le commercial.

Quel(s) souvenir(s) gardez-vous de vos années à la Catho ?

J’en garde un très bon souvenir : j’ai côtoyé d’excellents professeurs avec qui je suis restée en contact, que ce soit professionnellement ou par amitié. Ils m’ont fait bénéficier d’une formation solide pour rebondir par la suite ; j’ai aussi eu de très bons rapports avec le personnel administratif, sans oublier le cadre sympathique dans lequel sont enseignés les cours : des bâtiments magnifiques et un jardin en plein Paris !
Ce qu’il y a d’étonnant à la Catho c’est de pouvoir côtoyer des gens très différents (les auditeurs de l’Université du Milieu de la Vie, des prêtres, et des étrangers : cela donne à ses études un côté unique !). Et surtout : il n’y a pas d’anonymat comme je l’avais connu à l’université publique.

 

Mars 2010