Brigitte Leveque

Etudiante à l'IER, Membre de l'Équipe Pastorale de Saint-Eustache Premiers pas en théologie

En octobre 2004, j'ai entrepris des études à l'IER (Institut d'Études Religieuses), à l'Institut Catholique de Paris.
L'IER propose à des adultes chrétiens, un cycle d'études de deux années à plein-temps ou de quatre années à mi-temps : deux jours par semaine pour les étudiants à plein-temps ou un jour par semaine pour les étudiants à mi-temps. [...] La formation à l'IER est très complète.
L'ensemble du programme est abordé de manière cohérente, passant progressivement d'une étape d'initiation, d'acquisitions de connaissances (entrées dans les Écritures, repères historiques, approche des grands courants d'idées dont hérite la pensée moderne), à un apprentissage actif d'analyse, de discernement (élaboration d'une réflexion spirituelle, questionnement sur notre spécificité de chrétiens, nos pratiques religieuses, sur les enjeux de la communication pour l'évangélisation du monde contemporain).

Pourquoi entreprendre ce parcours ? Une interrogation s’est faite de plus en plus pressante : pourquoi suis-je « pratiquante » depuis plus d’un demi- siècle, malgré mes doutes, mes résistances ? Pourquoi sans comprendre tout à fait ce que signifie « avoir la foi », ce sentiment d’un besoin ? Que signifie ce besoin fondamental, qui, j’en ai l’intuition, rejaillit sur l’orientation de mes choix, de mes engagements ?
Une interrogation aussi sur le grand mystère de l’amour.
Cette quête s’est imposée de manière plus claire encore quand mes enfants ont choisi de s’engager devant Dieu dans le mariage, avec la prise de conscience que ce que je leurs avais transmis de façon sans doute assez confuse et maladroite, avait quand même porté ses fruits.
Parallèlement, j’ai eu la chance d’intégrer l’Équipe Pastorale de Saint-Eustache. [...] Sur les conseils du Père Forestier, j’ai donc rejoint l’IER.

Intérêt extrême d’un point de vue intellectuel bien sûr, car c’est un enseignement qui puise aux sources de notre patrimoine culturel et permet de se situer dans les grands débats de société. Cheminement qui se fait avec des enseignants de grande qualité, dans le respect des sensibilités, des manières d’être et de faire de chacun.
Mais je mesure un peu plus aujourd’hui la portée d’un tel investissement : bien au-delà d’un simple enseignement qui apporterait des réponses toutes faites, c’est une vraie formation qui suscite d’incessantes interrogations, qui invite à se laisser transformer et ne peut se vivre sans un engagement personnel profond, un authentique travail pour soi.
Premiers pas en théologie… Un plongeon plutôt dans une vraie aventure !