Anne Hirel, étudiante au Cycle C

Anne Hirel, journaliste et assistante sociale, étudiante au Cycle C apporte son témoignage sur la richesse des rencontres faites lors de ses études. Elle parle du plaisir éprouvé à se plonger dans les études et de la satisfaction à pouvoir exprimer sa foi avec intelligence.

Qu’est ce qui vous a décidé à suivre des études de théologie ?

J'avais besoin de comprendre ma foi et l'Eglise. J'ai la chance d'être croyante depuis que je suis toute petite et un jour s'est fait sentir la nécessité d'approfondir intellectuellement ma foi. Surtout qu'en faisant de l'éveil à la foi, j'ai découvert que je connaissais peu de chose de l'ancien testament. Et puis c'est bien joli d'avoir applaudi Jean–Paul II, lorsqu'il nous disait aux JMJ en 1997 « Vous êtes l'Espérance du monde », mais il faut le vivre, mais ce n'est pas toujours évident dans notre société sécularisée.

Quel parcours avez-vous suivi au Theologicum ?

Je suis inscrite depuis septembre 2003 au Cycle C, formation de premier cycle de théologie en cours du soir, pour préparer un baccalauréat canonique (en 7 ans). Je suis actuellement en année de licence. J'ai fait une pause d'un an pour la naissance de ma fille en août 2009.

Quelles sont les spécificités du Cycle C ? Qu'est ce qui vous plaît le plus dans ces études?

Les cours sont dispensés le soir et les travaux de groupes (TG) le week-end. Les étudiants ne sont pas seulement des étudiants. Ils sont aussi médecin, ingénieur, agent administratif, retraité, parents, grands–parents. Cette diversité sociale, culturelle et générationnelle est une véritable richesse humaine. Le fait d'avoir dû interrompre mes études pendant un an m'a fait sentir combien les rencontres, aussi bien avec les enseignants qu'avec les autres étudiants, que j'avais faites au Cycle C étaient importantes et m'avaient apporté énormément, humainement et intellectuellement.

Préciser ce qui me plaît le plus dans ces études est difficile, car mise à part le stress des examens, le reste n'est que plaisir. Lorsque je dis le reste, je veux dire les lectures, les cours, ou encore la simple étude d'un dossier pour un TG. Et puis à l'issue d'un tel cycle d'étude, on est apte à dire sa foi avec intelligence, ce qui est plus que gratifiant.

Qu’est-ce que ces études vous apportent dans votre vie professionnelle, familiale et dans vos engagements dans l’Eglise ?

Mon parcours théologique m'a apporté une véritable aisance à prendre la parole sur des questions théologiques, même épineuses, et ça quelque soit le lieu ou le milieu socio professionnel où je me trouve. Et servir l'Eglise commence là, au quotidien ! Côté vie professionnelle, j'espère pouvoir un jour concilier mes deux métiers, assistante sociale et journaliste, avec l'apport des mes études de théologie. En écrivant sur les questions religieuses et sociales dans la presse catholique, qui sait ?

Le Cycle C est un organisme du Theologicum, la Faculté de théologie et de sciences religieuses de l'Institut Catholique de Paris