Culture scientifique et humanités, International

Le théologico-politique au Moyen Âge

Publié le 26 janvier 2017 Mis à jour le 6 février 2018
Date :
du  02 février 2017 au 03 février 2017
Horaire :
Toute la journée Ajouter à mon agenda 02-02-2017 00:00:00 03-02-2017 00:00:00 40 Le théologico-politique au Moyen Âge Institut Catholique de Paris 21, rue d'Assas 75270 PARIS Cedex 06 FRANCE Tél : 33 (0) 1 44 39 52 00 www.icp.fr true DD/MM/YYYY

Colloque international de l’Institut D’Études Médiévales de l’Institut Catholique de Paris

Directeur : Olivier Boulnois – Déléguée scientifique : Isabelle Moulin

> Téléchargez le programme

Sous le nom de « théologico-politique » perce en réalité la question du « théo-politique », le problème de l’entrecroisement, de la surimpression et de l’articulation entre la loi divine et la loi humaine, entre le fondement mystique de l’autorité et l’organisation temporelle de la cité.
Le trait d’union porte à lui seul toute la difficulté : le religieux et le politique peuvent-ils se distinguer l’un de l’autre, ou bien sont-ils inséparables ? Comment un ordre théorique et pratique inspiré par la religion en vient-il à inspirer les réalités politiques de son temps ? Quelle autonomie laisse-t-il à l’ordre politique ? Les concepts politiques sont-ils des concepts théologiques sécularisés ?

La version médiévale du problème montre qu’il faut unir ces concepts pour pouvoir les distinguer. Le problème se pose-t-il dans le même sens, au même rythme, avec les mêmes concepts dans l’islam, le judaïsme et le christianisme médiéval ? Une distinction des pouvoirs peut-elle avoir un sens dans chacun de ces mondes ? Pour la philosophie en terre d’Islam, quelles sont les conséquences de l’identification du Prophète au philosophe-roi ? Dans le monde latin, que signifie la répartition de la société en trois ordres : ceux qui prient, ceux qui combattent et ceux qui travaillent ? Comment s’articulent le pouvoir temporel au pouvoir spirituel ? Ne faut-il pas alors considérer le terme de « pouvoir » comme équivoque ? Peut-on résumer l’histoire de leurs relations à une conquête de l’autonomie par le pouvoir temporel aux dépens du pouvoir religieux ? Le conflit entre Boniface VIII et Philippe le Bel consacre-t-il l’échec ou la réussite de la complémentarité des pouvoirs ?

L’autonomie du politique est-elle souhaitable ? Est-elle possible ? Le théologique doit-il s’interdire toute évaluation de l’organisation de la cité et dans ce cas, comment s’adresser à l’homme en évacuant sa dimension sociale ? La politique doit-elle légiférer en fonction de certains principes religieux qui peuvent former « l’esprit » de ses lois ou au contraire se départir, voire aller à l’encontre des prescriptions théologiques ?
Telles sont les questions qui seront abordées dans ce colloque.


Jeudi 2 février


9h00. Accueil par le Père Artus, Vice-Recteur à la Recherche.

Présidence de séance : Olivier Boulnois, EPHE, IEM/ICP.

9h15. Emilie Tardivel, Institut Catholique de Paris. « Augustin et les deux cités. Une approche non théologico-politique »

10h00. Georgi Kapriev, Sofia University. « The Political and the Byzantine Philosophy »

10h45. Pause

11h15. Rémi Brague, philosophe, de l’Institut de France. « Pourquoi le jihad? La fin et les moyens »


12h00. Déjeuner

Présidence de séance : Isabelle Moulin, Collège des Bernardins, IEM/ICP.

14h00. Philippe Vallat, Université de Vienne. « Le théologico-politique comme retour dans la Caverne : Farabi, Platon et le salut de l’homme »

14h45. Olga Lizzini, VU University Amsterdam. « Le théologico-politique à la lumière de la philosophie. Prophète, khal?fa et espèce humaine selon Avicenne »

15h30. Pause

16h00. Marc Geoffroy, CNRS. « La cité musulmane et la cité de Platon selon Averroès »

16h45. Fin de la journée


Vendredi 3 février


9h00.
Accueil.

Présidence de séance : Pasquale Porro, Paris-IV- Sorbonne

9h15. Jean-Philippe Genet, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne. « Observations sur la place de Gilles de Rome dans la question du théologico-politique à la fin du XIIIe et au début du XIVe siècle »

10h00. Mauro Zonta, Sapienza Università di Roma. « A theological politics in the European Hebrew Late Middle Ages and the case-study of Giles of Rome's De regimine principum »

10h45. Pause

11h15. Olivier Echappé, Université Lyon III, ICP. « Des Dictatus Papae à la Bulle Unam Sanctam, la question théologico-politique vue par les canonistes, et le dialogue entre le législateur et la doctrine »

12h00. Déjeuner

Présidence de séance : Dominique Poirel, IRHT

14h00. Stefano Simonetta, Università degli Studi di Milano. « Dal modello ideale di governo condiviso da parte di un’ aristocrazia di santi alla figura del re come vicario di Dio Padre; e viceversa. Elementi discontinui di teologia politica in John Wyclif »

14h45. Bernard Bourdin, Institut Catholique de Paris. « Moyen-Âge tardif et primo-modernité entre continuité et discontinuité : la critique du pouvoir pontifical par Marsile de Padoue et Hobbes »

15h30. Pause

16h00. François Daguet, Institut Catholique de Toulouse. « Thomas d'Aquin et la renaissance de la science politique au XIIIe siècle »

16h45. Cocktail