• Transformation de l'ICP,
  • Vie du campus,
  • Vie des personnels,

Stimuler et collaborer : Le Num'bar

Publié le 28 août 2019 Mis à jour le 10 octobre 2019

En empruntant la technique des journalistes anglo-saxons dite des 5 W pour rédiger leurs articles, découvrez une idée originale autour de la transformation de l’ICP, susceptible d’enrichir demain la vie du campus.

Vignette_Numbar

Vignette_Numbar

WHO

Le Num’Bar, selon ses inventeurs Philippe Achard (étudiant en Licence Histoire, président de l’Association Sportive) et Aurélien Bucher (Directeur des Systèmes d’Information et du Numérique), serait un espace où l’on viendrait parler du numérique de manière décomplexée et ludique, ouvert à tous les publics du campus : étudiants, professeurs, personnels administratifs, invités du monde de l’entreprise, journalistes…
 

WHAT

« Num’Bar » est un mot-valise formé par la troncation de numérique et bar, soit « bar numérique » qui n’a rien à voir avec le « pianocktail » inventé par l’écrivain Boris Vian dans l’Ecume des Jours (objet onirique entre plaisir gustatif et auditif – boisson et musique). Ce serait un espace convivial où l’on pourrait à la fois de désaltérer de jus de fruits vitaminés, de boissons chaudes et autres viennoiseries et causer « numérique » sous toutes ses formes, tout simplement.
 

WHERE

Installé dans les des nouveaux espaces des bâtiments C et D du campus de l’ICP, en cours de rénovation. Imaginé pour les croisements des idées et des personnes, ouvert sur la beauté du jardin, c’est au cœur même de la maison de la recherche et des facultés qu’il prendrait tout son sens.
 

WHY

Autour du numérique, un lieu de rencontre et de partage de savoir-faire et de bonnes pratiques, de découverte des nouvelles technologies à travers des démos, des présentations. Depuis les bons plans pour mieux utiliser un logiciel jusqu’à la présentation d’une nouvelle technologie disruptive par une start-up invitée, tout ce qui est de l’ordre de la culture numérique pourrait être abordé.
 

WHEN

Ce « concept-room » très parisien pourrait voir le jour à l’ICP avant 2025, si l’idée fait son chemin et que les publics concernés encouragent sa création.