MOOC : l'enseignement à distance est une chance

A l'occasion de la nouvelle sessions du MOOC Géopolitique de la Chine contemporaine, Bernard, étudiant parmi les 7000 inscrits de l'édition 2016, se réjouit de la formation à distance, ludique et interactive !

chine, témoignage Bernard_janvier2017

chine, témoignage Bernard_janvier2017

Une curiosité inassouvie

M’intéressant depuis quelques années à la Chine sous ses aspects géographiques, culturels, sociétaux, historiques et touristiques, j’essaye en particulier de comprendre les origines du comportement répulsion/fascination que nous éprouvons à son égard. J’ai donc souhaité approfondir ma connaissance de la politique qu’elle conduit depuis une dizaine d’années et particulièrement depuis l’accession au pouvoir de Xi Jinping, politique mélangeant le chaud et le froid, l’ouverture et la fermeture dans la plus pure tradition de la Chine millénaire. Cette proposition de formation gratuite en ligne de niveau universitaire m'a donc particulièrement intéressée.

Des clefs de compréhension

Ce MOOC donne une bonne vision d'ensemble sur les évolutions de la vision et de la compréhension par la Chine du monde contemporain à la lumière pragmatique de ses intérêts économiques et politiques. Contrairement à ce que nous pensions avoir déjà observé au cours de la période 1980-2010, c’est sans doute maintenant le vrai réveil de la puissance Chinoise au cœur de nations qui ont tendance à se replier sur elles-même !

L'enseignement à distance, une chance

Ce qui m'a plu dans cette formule c'est la possibilité de suivre des cours intéressants à plusieurs centaines de kilomètres de l’enseignant. Ensuite le phasage des cours en courtes séquences faciles à suivre et à reprendre si nécessaire. Enfin les questionnaires de validation en fin de séances même si parfois les questions gagneraient parfois être formulées de façon plus précise.

Quelques conseils

Même si le MOOC est plus ludique et plus interactif que le classique téléenseignement il nécessite une volonté de "s’accrocher" pour le suivre en entier sur plusieurs semaines. Par ailleurs une connaissance préalable minimale du sujet me semble indispensable surtout quand il s’agit de la Chine aux noms de personnes et de lieux difficiles à mémoriser ou à visualiser ; sans compter la faille civilisationnelle séparant nos cultures bien résumée dans un petit ouvrage intitulé ‘’Petit manuel de chinoiseries à l’usage de mes amis cartésiens’’…