• Action sociale,
  • International,

Artisans de Paix

Découvrez les témoignages des différentes missions effectuées dans le cadre du DU Solidarités Internationales à travers le monde

Témoignage de Sélène (DU solidarité ; Inde)


Je travaille avec la fondation Credit At People. J’ai travaillé les trois premiers mois sur le programme « enfants » qui concerne un pensionnat accueillant 65 enfants issus de familles très pauvres ou orphelins et un social business, une ferme qui pourrait – à terme – suffire à alimenter le pensionnat. Ma mission principale était de veiller au bon fonctionnement et maintien de ce programme et de mettre en place des projets pour améliorer la vie et le bien-être des enfants (tel qu’un Medical Camp, l’installation de moustiquaires, un Sport Day, la rénovation des dortoirs etc).

Depuis fin décembre, je participe au programme « femmes » en partenariat avec des petites ONG locales qui nous présentent des Self-Help Groups, d’environ 12 femmes issues de la caste des dhalits (la caste des Intouchables) qu’on va suivre pendant 15 mois en leur permettant d’emprunter à taux très faible (micro-crédit) pour qu’elles puissent acheter une vache et développer une petite ferme laitière.
 
La construction de la paix dans ces projets passe les mouvements de solidarité qui se sont créés et surtout beaucoup de patience. Nous veillons au bon développement personnel des enfants en leur assurant un cadre de vie dans lequel ils puissent s’épanouir et grandir.
Dans le programme « femmes », nous entretenons la communication et une relation de confiance dans cette solidarité qu’elles créent au fur et à mesure dans leur groupe, nous maintenons un bon suivi de leur projet pour qu’elles puissent elles aussi s’épanouir, vivre dans des conditions plus décentes, nourrir leur famille, obtenir des responsabilités et un meilleur statut au sein de leur couple, leur famille, leur village et la société, chose difficile car elles viennent de la plus basse des castes.
 

Témoignage de Chloé (DU solidarité ; Cambodge)


L’ONG Ecole Du Bayon a créé, en 2014, une formation en pâtisserie pour les jeunes filles Cambodgiennes défavorisées. Cette formation est étalée sur 11 mois dont 2 stages d’un total de 4 mois dans les plus beaux hôtels de Siem Reap. Elles bénéficient de cette formation gratuitement ainsi que d’un logement, un vélo et de l’argent de poche. Mon rôle est de développer les ventes de gâteaux faites par les étudiantes dans un objectif d’autofinancement de la formation en 3 ans.

Nous avons un café au sein de l’ONG où les expatriés et touristes peuvent venir déguster nos produits et ainsi découvrir les différents projets de l’ONG en regardant les étudiantes cuisiner.  Je développe également une clientèle extérieure en vendant nos viennoiseries, pains et desserts aux hôtels et restaurants de la ville.

La paix, je la pratique au quotidien et dans son sens large. Chaque jour j’échange et apprends un peu plus sur la culture Khmer grâce à mes relations avec l’ONG. Je vends pour une cause noble dont le but n’est pas de faire du profit mais de participer au financement d’une formation qui va sortir des jeunes filles de la misère. Je pratique la paix en restant ouverte et à l’écoute, en essayant de comprendre nos différences culturelles, en ne jugeant pas, en discutant… La paix a différent aspects dont l’un des plus importants est la tolérance.


Témoignage de Marie (DU solidarité ; Brésil)


Je travaille dans l'association Viva Rio qui s'occupe de la communauté Haïtienne à Rio de Janeiro. Depuis le tremblement de terre, le Brésil a créé un visa humanitaire de cinq ans pour chaque haïtien et a régularisé tous ceux déjà présents de manière illégale (sans papiers). Concrètement j'aide l'équipe de Viva Rio à faire les dossiers des haïtiens sans papiers brésiliens que l'on envoie ensuite à l'ambassade haïtienne à Rio de Janeiro. En plus de cela, je forme Jean-Baptiste sur la construction de rapports qu'il écrit quand il revient de Cidade de Deus (la Cité de Dieux, favéla qui concentre la plus grande communauté haïtienne à Rio de Janeiro). Ses rapports doivent être précis et structurés.
En les épaulant ainsi, nous permettons à ses personnes, de vivre décemment puisqu'en règle selon la loi. Cela leur permet de se concentrer sur la recherche d'un emploi, d'un endroit où vivre et des études pour les plus jeunes.

La vie à Rio est douce et chaude. Je m'y plais, même si ce n'est pas simple tous les jours. La recherche d'appartements fut rude (..). L'apprentissage théorique de la langue se fait relativement facilement, en revanche l'oral est... compliqué! Ils ont un sacré accent ces cariocas (habitants de Rio de Janeiro). Géographiquement et historiquement, la ville est magique et mystérieuse, mélange d'architecture coloniale et moderne.  Mais les favélas nous rappellent au quotidien que la lutte contre la précarité est une lutte de chaque instant...


Témoignage de Juliette (DU solidarité ; Inde - France)


J’ai commencé ma mission dans une communauté de L’Arche en Inde, à Chennai. Des petites unités de vie dans lesquelles personnes handicapées et assistants partagent le quotidien (…).

En Inde, pour un million de personnes en situation de handicap mental, il y a 43 institutions spécialisées, 3 psychiatres et même pas 1 (0,47) psychologue. Bien sûr d’autres institutions privées ont été crées mais elle ne sont pas toutes reconnues légalement et ne sont pas toujours équipées de façon adéquat.  Le manque de moyen laisse de nombreuses familles dans l’embarras, des institutions surchargées, et des personnes subissant des maltraitances telles que des violences verbales, physiques, des abus médicamenteux ou sexuels.

Après un mois et demi difficile dans la communauté de Chennai qui a été submergé par des intempéries extrêmes, j’ai décidé de poursuivre ma mission dans une communauté de L’Arche en France.

A L’Arche, nous construisons la paix dans le vivre ensemble, en apprenant à cultiver la différence et non l’indifférence face aux plus fragiles. Nous construisons la paix par l’acceptation de l’autre et par la bienveillance, en mettant en avant les dons et talents de chacun et en acceptant ses défaillances. En mettant en avant ce qui est commun à tous les hommes : notre humanité. Nous construisons la paix en permettant à chacun d’avoir accès aux mêmes droits : le droit à la dignité, à l’autonomie,  le droit de construire un projet, afin de pouvoir donner un sens à sa vie.

 

Le DU Solidarités Internationales est en partenariat avec Intercordia.