• Transformation de l'ICP,
  • Vie du campus,

#Inauguration : un campus dédié aux Sciences Humaines et Sociales s’ouvre sur la cité

Publié le 18 septembre 2017 Mis à jour le 10 octobre 2017

Dans un monde de plus en plus mobile et à l’heure où la génération Z arrive à l’université, l’ICP fait le choix d’investir pleinement son campus fondé en 1875 en réorganisant les circulations et les espaces autour de son cœur historique du XVIIe .

Lumière sur la modernisation d’un campus remontant au XVIIe siècle

Le projet immobilier a été confié à Jean-Marie Duthilleul, architecte passé maître dans l’art de faire se rencontrer les publics et les personnes. Cette restauration s’illustre d’une part par la rénovation de
4 000 m² et par la création d’autre part de plus de 1 000 m² d’espaces inédits dont un auditorium de 400 places en sous-sol et un plateau dédié aux innovations pédagogiques.
La cour d’Honneur délimitée par des bâtiments représentant trois siècles d’architecture a été un atout pour mettre en place un cœur commun, explique Jean-Marie Duthilleul. La création, au pied du couvent des Carmes, d’un jardin en cour anglaise complète la cohérence de l’ensemble. Il ouvre des perspectives inédites tout en contribuant à relier les différents espaces.

Changement majeur,
l’accès principal de l’ICP se fait désormais par le 74 rue de Vaugirard. Ce déplacement permet de donner à voir la beauté d’un lieu empreint de spiritualité et de savoir. Il signe aussi la volonté d’ouvrir sur la cité un établissement ancré dans le Paris des Universités, à deux pas du Sénat et du jardin du Luxembourg.

Un écrin pour une recherche d’excellence

Alliant modernité et sobriété, la transformation du campus offre des espaces innovants au service de la Recherche. L’ICP se dote d’un grand auditorium destiné à accueillir les colloques et événements internationaux de l’Unité de Recherche Religion, Culture et Société (EA7403) de l’ICP. Modulable, connecté, habillé de chêne et bénéficiant de la lumière du jour, cet auditorium renvoie également aux amphithéâtres du quartier latin ; lieux fabuleux où, furent enseignées, discutées, élaborées ou approfondies tant de pensées sur l’Homme et l’Univers.

Au cœur de l’Institut Catholique de Paris, l’Unité de Recherche Religion, Culture et société [EA 7403] apporte une contribution qualifiée à l’analyse et à l’interprétation philosophique, sociologique, historique, anthropologique des questions majeures de la société contemporaine. Au printemps, elle est devenue membre associé de l'École Doctorale Fernand Braudel (ED 411) de l'Université de Lorraine. Ce partenariat rend possible la codirection de thèses de doctorat d’État en Lettres, Langues, Histoire, Sciences Sociales, Philosophie. Les contributions de l’UR à la compréhension des problématiques contemporaines s’illustrent notamment par la recherche sur le Bien commun. Nourrie de l’apport de disciplines rares comme la théologie et d’interactions soutenues avec les acteurs économiques, la Chaire éponyme consacrera son second colloque aux défis écologiques sous l’angle de la RSE.

Des espaces inédits au service d’une nouvelle vision de la transmission

Alliant patrimoine et modernité, la rénovation des espaces d’enseignement donne toute leur place à la créativité, aux nouvelles pédagogies et aux technologies tant par la disparition du tableau, remplacé dans toutes les salles par des murs où l’on projette des images et où l’on écrit, que par l’investissement dans un mobilier mobile propice au co-working. De l’échange informel entre tous les acteurs de l’université au travail des étudiants en mode projet, tous les espaces y compris le foyer entourant l’auditorium sont connectés.

L’innovation pédagogique bénéficie d’un espace inédit
imaginé par le cabinet Tovo et Jamil. Le plateau et ses 200 m² divisés en 4 espaces complémentaires est une véritable première dans l’ESR. Car si Fablab et Learning center se développent, aucun encore ne propose un ensemble complet, adapté à l’innovation pédagogique en Sciences Humaines et Sociales.
Au centre, le Forum espace bi-frontal rappelant l’agora antique est composé de gradins placés en face à face. Pouvant accueillir 40 étudiants sa configuration favorise les relations dynamiques telles que les concours d’éloquences, les serious games… Autour, un Laboratoire propice à la recherche et à la construction de la pensée au mobilier connecté et modulable ; un Studio permettant la captation comme le montage de documents audiovisuels et enfin, une Salle de projection pour visionner des travaux « autoproduits » autant que pour appuyer un enseignement sur un film d’auteur.  

Pour la génération Z, façonnée par la culture digitale qui accélère le rapport au temps, le besoin de faire avec les autres (DIWO ) est essentiel. Il importait donc à l’ICP de lui proposer des espaces où elle puisse diversifier les registres relationnels. L’engagement, l’activité associative, le travail en mode projets sont autant de moyens de se construire en éprouvant sa capacité à l’interaction créatrice. Dans cette perspective, la vie étudiante et l’aumônerie bénéficient d’espaces nouveaux au centre du campus, formidables leviers de visibilité et de dynamique collective.


Un chantier ambitieux : financement et contraintes

Conduit sous contrainte, sans interruption d’activité et dans le respect des délais, le projet immobilier de restauration a été financé par un emprunt de 20 millions d’euros et par une campagne de levée de fonds. La collecte et le mécénat représentent pour l’ICP un axe stratégique.
Cette première phase de rénovation a d’ailleurs été l’occasion de tester de nouveaux types d’actions dont une campagne de naming. L’opération un don un siège, portée par le nouvel auditorium a renouvelé l’intérêt des donateurs traditionnels de l’institution et amené vers l’ICP de nouveaux soutiens, tout comme l’engagement dans la rénovation du couvent des Carmes datant de 1611.